Allons-nous vers une pandémie de « cybermeurtres »?

Cette année 2022 marque une nouvelle phase dans les divulgations vitales pour la libération de l’humanité.

En effet, nous avions divulgué la cybertorture, méthode illégale de répression consistant en l’utilisation d’ondes électromagnétiques grâce à Valérie Bugault et Dr Stuckelberger.

Présentation du Dr Stuckelberger sur les dangers de la biotechologie. Divulgation a 1h28

Néanmoins ces divulgations devaient se faire progressivement pour ne pas amener terreur dans les esprits, l’heure est venue de réaliser celui le plus affreux des crimes technologiques : le cybermeurtre.

Pouvant être défini comme un meurtre par ondes électromagnétiques par armes à énergie dirigée (Anglais DEW – Directed Energy Weapon), le nombre de victimes est difficilement calculable mais ce sont les lanceurs d’alerte et les opposants affirmés les plus visés par cette technique criminelle.

Les principales armes à énergie dirigée sont les antennes relais, les satellites, les smartphones et les bornes wi-fi. Cela avait été confirmé par Richard Lighthouse, scientifique Américain de renom et Barrie Trower, éminent scientifique Britannique spécialiste des micro-ondes ayant travaillé avec le MI5.

Richard Lighthouse (en haut) et Barrie Trower (en bas)

Elle est mise en œuvre par les militaires et les services de renseignement renégats du monde entier en collaboration avec des membres du gouvernement et des membres de sociétés secrètes comme les franc-maçons. Tenue top secret, c’est au péril de ma vie que je vous dévoile cette ignominie.

Victimes connues

Claire Séverac

Elle avait divulgué le complot mondial contre la santé. Si certains ont avancé la thèse de l’empoisonnent, son cancer peut très bien être dû à une irradiation à haute intensité.

Robert David Steele

Il avait divulgué le réseau pédocriminel mondial au USA. Maquillé en covid, son meurtre par DEW a été confirmée par le journaliste Canadien Benjamin Fulford, il avait été plongé dans un coma artificiel .

Andreas Noack

Peu de temps après avoir dévoilé la présence de graphène dans les vaccins, le qualifiant d’aussi dangereux que des lames de rasoirs, il meurt de « difficultés respiratoires ». Une énergie dirigée à la fréquence de la 5G pouvant provoquer des difficultés de liaisons de l’oxygène avec l’hémoglobine (documenté par Joe Imbriano, chercheur Américain) une asphyxie est fort probablement à l’origine de son décès.

John Magufuli, président de Tanzanie (gauche) et Pierre Nkurunziza, président du Burundi (droite)

Officiellement morts de crise cardiaque peu de temps après avoir tenu tête à l’OMS et leur campagne de vaccination, le meurtre par DEW est quasi-certain car de hautes fréquences peuvent provoquer des crises cardiaques comme documenté par Joe Imbriano.

Conclusion

Tout les efforts doivent être déployés pour empêcher les cybermeurtres qui durent depuis plus de 40 ans. À l’heure de la 5G, l’alerte est maximale.

La santé mentale et physique sont également en jeu car des psychoses et suicides peuvent également être provoqués ainsi qu’un abaissement du système immunitaire. Actuellement Edward Snowden et Julian Assange sont également ciblés.

Il faut que tout un chacun accélère la divulgation, relayez cet article au maximum s’il vous plait, l’avenir de l’humanité est en jeu.

Özler ATALAY YÜKSELOĞLU – Journaliste indépendant victime de cybertorture

2 commentaires sur « Allons-nous vers une pandémie de « cybermeurtres »? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :