L’hideuse, démoniaque et surréaliste cybertorture de Valérie, innocente citoyenne Française

Nous allons aborder ici un second cas d’harcèlement en réseau, de cybertorture et surtout de Mind Control faisant suite à celle d’Andrée Préau.

Pour rappel l’harcèlement en réseau est une technique des États totalitaires pour réprimer ou éliminer des cibles bien spécifiques soit par vengeance soit par pur sadisme.

Cela avait été documenté pour la la première fois par Jocelyne Abadie, consultante en éthique dans son document « du harcèlement en réseau au harcèlement global ». À cela s’ajoute la problématique de la cybertorture qui consiste en l’utilisation d’armes à micro-ondes pour nuire un maximum aux victimes sans laser et sans laisser de traces. La personne ayant préféré garder le nom de Valérie nous décrit chronologiquement les faits ainsi :

En 2009, elle a acheté à Salernes dans le Sud de la France un appartement au 2ème étage d’un immeuble pensant trouver une quiétude et une liberté. Dès son entrée, elle a ressenti des brûlures et des douleurs violentes dans tout le corps avec et surtout des maux de têtes qui l’ont poussée en Août 2009 à faire un IRM.

Les propriétaires du 3ème étage du nom de Mathieu P. et Aurélie L. sont arrivés quelques mois après et à ce moment, elle a commencé à souffrir physiquement, ressentant de très fortes douleurs physiques (décharges électriques dans tout le corps) ce qui l’amena en 2011 à consulter un médecin antidouleur et ce dernier la diagnostiqua une fibromyalgie.

Début 2012, sa santé a commencé à décliner surtout physiquement et mentalement, l’épuisement s’installa et un tapage nocturne récurrent n’aida guère. Des conflits éclatèrent dans sa copropriété pour la restauration de la toiture commune de l’immeuble. Un parent a essayé de leur faire entendre raison, mais le voisin a hurlé pendant plusieurs minutes le traitant de con (!). Lors des réunions de Copropriété, il commençait à devenir flagrant que les nouveaux voisins avaient une dent contre elle. L’harcèlement verbal et moral a duré plusieurs années avec moqueries et rabaissements en tous genres.

L’année 2013 fut très douloureuse car elle perdait encore plus de poids à vue d’œil, perdant 16 kg avec une tension à 8,5, elle a dû se mettre en arrêt de travail pendant plus de 2 ans. L’harcèlement électromagnétique la réveillait à plusieurs reprises la nuit, vivant des insomnies à répétition toujours à heures régulières. Parmi ses symptômes : transpiration excessive avec des draps trempés, maux de têtes terribles, vertiges violents avec l’impression de tomber en avant, nausées et régurgitations, tachycardie quasi-permanente (jusqu’à 240 pulsations une nuit), acouphènes (alors que ses tests chez l’ORL prouvent qu’elle n’a aucun acouphène), vision floue malgré des lunettes vérifiées, diarrhées excessives toute la journée et toute la nuit la vidant jours après jours, épuisement physique et mental, oppression thoracique, douleurs vives aux ovaires et aux intestins quasi permanentes, douleur vive au rectum… elle croyait qu’elle allait mourir.

Lors de ses consultations, elle n’a cessé de dire aux médecins qui la suivaient que ces symptômes n’avaient aucun rapport avec son fonctionnement personnel, elle a été rarement malade physiquement mais cela a commencé depuis sa rencontre avec ses voisins.

Pendant toute cette période, ils n’ont cessé de la harceler par des tapages nocturnes répétitifs la réveillant chaque nuit ou en faisant des allées et retours incessants dans les escaliers même la nuit avec leur enfant en bas âge par un harcèlement verbal violent.

À cet effet, elle a donné sa démission définitive pour la Copropriété en 2016. Une nuit, alors qu’elle essayait de se reposer chez elle, elle a ressenti une charge électrique terrible dans la pièce et du tapage nocturne, ce qui la poussa à sortir dehors et appeler la Police. À partir de cet événement, ses voisins et leurs familles respectives ainsi que les amis pompiers ont commencé un harcèlement sans relâche avec un cyber-contrôle permanent sur le téléphone et le PC de chacun de ses proches ainsi qu’un autre sur ses différents téléphones et son PC, une fermeture définitive de son ancienne page Facebook, un harcèlement téléphonique a également pris place.

À partir de cet événement où elle a appelé la Police, son voisin a crié tout un après-midi, et je cite ses mots : « Je vais la tuer… », elle a le sentiment que c’était du « Voice to Skull », technologie utilisée pour faire entendre des voix, n° de brevet US4,877,027 . Preuve de surveillance intrusive et abusive, ils ont commencé à commenter en permanence sa vie privée et intime, ce qu’elle vivait, ce qu’elle faisait, ce qu’elle lisait, ce qu’elle pensait…et ils commentaient tout à voix haute.

Ce type de surveillance illégale a été documenté par Jocelyne Abadie, consultante en éthique dans son document « du harcèlement en réseau au harcèlement global ».

Bien évidemment l’accès à ces technologies n’est pas donné à tout le monde mais à une mafia d’harceleurs proche du pouvoir obscur (voir les réseaux GLADIO de l’OTAN). Le n° de brevet du monitoring neuronal à distance est l’US3951134A, cela permet dans une certaine mesure de surveiller et lire dans les pensées des individus ciblés.

Pour mieux la manipuler et la rendre vulnérable, ils ont utilisé les voix de ses proches, celle de son père, de sa mère, de son frère et de sa sœur lui faisant des mises en scène improbables et ridicules. Questionnant ses proches, elle s’est rendu compte que tout était faux, et comme chaque voix sortait d’appareils électromagnétiques, elle a donc fait des recherches et s’est rendu compte que ce qu’elle vivait était un harcèlement électromagnétique ou psychotronique.

À partir de cette compréhension, ses voisins ainsi que leurs proches et des amis pompiers l’ont poussée par Voice to skull au suicide par secondes. Épuisée par les menaces répétitives, Valérie fut obligée encore de s’hospitaliser pour se protéger.

Elle a vécu suite à cela un enfer psychiatrique qui fut extrêmement douloureux pour sa famille pendant un an et demi, mais même à l’intérieur des locaux, elle sentait leur emprise psychotronique à distance incessante et se sentait terriblement en danger et incapable de résister à cette pression.

À plusieurs reprises, elle a pu constater que son frigo servait de lanceurs d’ondes, qu’ils le mettaient à plein régime ce qui provoquait une charge électrique permanente dans les pièces, d’ailleurs le frigo congelait et décongelait la plupart du temps pourrissant ses aliments. Des réveils volontaires furent provoqués pour l’empêcher de bien dormir et bien récupérer. Et lorsqu’elle se rendormait, ils réenclenchaient à haute pression les ondes du frigo. Les murs vibraient très fortement à en faire vibrer les portes et les murs… Selon elle, beaucoup d’appareils ont servi de lanceurs d’ondes : la télé en tout endroit, le micro-onde de ses parents, son mp3.

D’ailleurs, depuis septembre 2018, Valérie n’utilise plus de frigo le laissant éteint sinon le frigo marcherait nuit et jour en continu…

Elle affirme avoir été victime d’armes à énergie dirigée, leur existence est largement documentée, regardez ce circulaire de l’UE pour réglementer son utilisation. Elle affirme comme et plusieurs individus ciblés l’utilisation de satellites pour parvenir à ces fins, cela a été documenté par le scientifique Américain de renom Richard Lighthouse.

Depuis 2016, elle a reçu beaucoup de menaces en tous genres surtout des menaces de mort et dont l’une explicite « On va te tuer si tu parles »…

Elle entend 3 voix, 2 reconnaissables depuis le début, celle de son voisin et celle de sa femme, ainsi qu’une voix électromagnétique rapide qui répète inlassablement les mêmes mots dans l’ensemble.

Ces voix se multiplient là où elle se trouve, parfois elle pouvait en entendre une trentaine dans la même journée, et aussi celle de la femme qui a changé passant du grave au très aigu pour pousser à la colère et à l’agacement.

Elle sait qu’elle subit du Voice to skull, car elle entend 3 mots par seconde soit 180 mots par minute, 10 800 mots par heure et l’on peut continuer comme cela depuis 2016…

Ses parents, ayant eu peur de la perdre 2 fois, l’ont installée près de chez eux, dans un petit logement ce qui lui a forcé de mettre en vente son appartement. Ces circonstances lui ont fait perdre la présidence de la Copropriété et ont mis à mal la vente de l’appartement.

Une fausse accalmie de 8 mois entre 2018 et 2019 est survenue, fausse, car ils avaient retiré les voix mais le « Mind Control » était toujours présent, ce qui amena certains soulagements en apparence, mais ces parasites sont revenus l’harceler pendant ses vacances juste avant qu’elle ne reprenne son travail. La fatigue est les problèmes de santé ressurgirent, la mort de son Grand-Père ne les stoppa pas. L’horreur est revenue avec une extrême violence, pensées trafiquées par des psychopathes, des faux sons, des images subliminales, des peurs créées de toute pièce (comme éprouver une peur concernant son grand-père bien aimé).

Dès qu’ils sont revenus ils l’ont poussée au suicide, ils ont abusé d’elle sexuellement avec viols et attouchements sexuels répétés. Ils sont intervenus dans sa relation sentimentale, manipulant la personne avec qui elle vivait la poussant à des colères monstrueuses, ces pervers sadiques jouissaient en criant « Elle est mal » et ils prononçaient souvent le prénom de sa compagne les traitant de « sales gouines ».

Valérie affirme qu’il y a une manipulation mentale de ses proches depuis les années 2009, et un cyberharcèlement sur ces nièces.

Elle peut affirmer que depuis 13 ans, ses proches et elle-même n’ont plus aucune vie privée et intime, personnelle, professionnelle.

Valérie affirme qu’elle subit, elle et sa famille, une traque et une surveillance abusive à distance des cerveaux de chacun de sa famille avec une analyse systémique des pensées, des rêves (faux rêves prophétiques) ainsi qu’un harcèlement verbal, moral et électromagnétique dirigée par V2K sur l’ensemble de sa famille et elle-même avec menaces de mort, chantages avec leurs enfants, et dénigrement de son intelligence jusqu’à effacement de sa mémoire…

Rassemblant tout son courage, en juillet 2019, elle a décidé de porter plainte pour harcèlement verbal et moral sachant que porter plainte pour harcèlement électromagnétique finirait par être classé sans suite.

Les piratages et destructions de ses appareils par ses harceleurs (échauffement des disques durs) et ses traumatismes psychotroniques ont retardé ses démarches.

En mars 2020, alors qu’elle devait finir sa plainte, elle a donc été contrainte de se faire prêter un pc par des amis, la situation sanitaire à cause du COVID a retardé énormément son action.

Elle a donc envoyé sa plainte en juin 2020 par la Poste, et avant cet envoi, comme toujours, elle a reçu une menace de mort, par Voice to skull signé oralement par son ex-voisin.

Sa plainte a été classée sans suite car ses voisins sont protégés par un ami policier et les instances plus hautes.

Si elle a pu porter plainte, c’est grâce à un détail, en janvier 2020, voyant que cela allait recommencer, elle a décidé de prendre les choses en main, elle s’est donc enregistrée sur son dictaphone de son téléphone portable pour le Procureur de la République. Elle s’est donc enregistré en janvier 2020, et à l’écoute le lendemain elle s’est rendu compte que son ex-voisin avait posé sa voix clairement sur l’enregistrement sonore. Pensant que ce n’était qu’elle qui entendait cela, étant touchée par la Voice to skull, mais après plusieurs écoutes, elle s’est rendu compte que la voix de son ex-voisin était claire. Grâce à un conseil bien avisé, elle a rencontré un Ingénieur du Son qui lui a confirmé qu’il y avait deux voix distinctes la sienne et celle d’un homme qui semblait énervé. Et pour montrer à quel point ils savent très bien ce qu’ils font, au moment où elle a dû envoyer sa plainte, son voisin et ses larbins ont brouillé toutes les pistes qui avaient été créés par l’Ingénieur du son, heureusement il en avait une copie qu’elle a pu récupérer en format CD.

Aussi, étant convaincu de leurs responsabilités, elle a décidé de reporter plainte auprès du Procureur de la République en 2021 pour Mind Control, et une nouvelle fois cette plainte fut classée sans suite sans explications.

Ce qui la poussa à demander les pièces pénales pour faire un recours à la Cour d’Appel d’Aix.

Elle a pu s’apercevoir aussi que certains pompiers la suivaient de près soit avec leur véhicule de fonction soit habillés en civil dans la ville.

La partie la plus répugnante de cet article pour le clôturer est la possibilité de provoquer des orgasmes et sensations sexuelles digne d’un viol, ces pervers immondes en jouissent largement depuis plusieurs années.

Tous les étés, depuis 13 ans, ses ex-voisins et le gang ont pour passe-temps nocturne et distraction estivale avec une excitation non feinte (surtout quand il fait chaud et que personne ne peut sortir) la destruction totale de son sommeil, des attaques cardiaques et des tirs d’ondes sur tout le corps ce qui lui ont provoqué une fibromyalgie. Leur jeu favori, quand elle s’endort profondèment est de lui faire rêver rêves sur rêves avec leurs intentions toujours malsaines et dégradantes accompagnées toujours de leurs voix et de leurs halluciantions visuelles ne parlant que d’eux-mêmes la poussant soit au suicide soit au meurtre. À chaque fois qu’elle parle ou ose se défendre ils se vengent plus fortement, et font semblant de jamais s’investir ou de ne jamais être responsable de ces actes. Ils préférent lui donner des hallucinations visuelles et auditives par V2K pour qu’elle soit enfermée en psychiatrie par vengance et le pire est qu’ils utilisent son nom et son prénom pour signer ses actes.

Personne en 13 ans n’a lever le petit doigt et elle se sent très seule dans son combat.

Elle souhaite aujourd’hui transmettre son témoignage pour permettre à tous l’ouverture d’une enquête internationale, permettre un procès international à Nuremberg contre harcèlement électronique et psychotronique, contre torture mentale et psychologique, contre crime contre humanité, contre provocation au suicide et au meurtre par Voice to skull et contre violation de la vie privée et intime, personnelle et professionnelle.

Elle souhaite également demander la réclusion criminelle à vie de ses assassins qui se sentent totalement protégés par les institutions du pays et ceux qui les protègent afin d’être sûre et certaine que leur vengeance ne continuera pas après le procès car elle sait pour avoir vécu auprès d’eux qu’ils auront envie de se venger donc elle agit pour se défendre et défendre ses proches qui subissent le même traitement sans s’en rendre compte, car elle souhaite vraiment pouvoir tourner la page et vivre librement si tel est encore le cas dans sa France, Pays des Libertés et retrouver sa liberté de penser, de vivre librement et de jouir d’une santé meilleure…

Elle estime que leurs actes sont des actes de barbaries et qu’ils agissent comme des Nazis, je partage amplement cet avis et exige réparation et exécution des commanditaires pour son horrible calvaire comme pour le mien.

Özler ATALAY YÜKSELOĞLU – Journaliste indépendant victime de cybertorture et d’harcèlement en réseau

P.S. : depuis la publication de cet article, ses tortionnaires ont monté en agressivité, les menaces de mort fusent et ils utilisent les armes à énergie dirigée pour lui faire de l’oppression thoracique. Elle souffre actuellement d’insuffisance cardiaque et a du se rendre aux urgences en pleine nuit suite à ces attaques. Prions pour elle, Valérie ne mérite absolument pas une telle cruauté! 🙏🏼

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :