Le rôle du sionisme dans le génocide croisé Turco-Arménien

« Avant-propos : nous abordons ici une multitude de sujets sensibles dont la question juive, abhorrant ce terme car il relève d’une confession plutôt qu’une nation ou ethnicité, je préfère satano-sioniste ou pharisiens en référence à ceux qui ont crucifié le Christ »

Faire de la divulgation demande non seulement du courage mais des travaux Hérculéens.

Dans ce cas très précis j’ai du faire un voyage numérique aux États-Unis pour découvrir les thèses très précieuses et incroyablement précises de Christopher Jon Bjerknes, auteur et chercheur Américain issu de la communauté Juive.

Ainsi se dresse le tableau de l’infiltration du sionisme en Turquie : Initialememt alliés fiables, les juifs majoritairement issus d’Espagne lors des Inquisitions, devinrent progressivement gangrénés par la Kabbale et par la suite le sabbatéisme et le Frankisme, matrices du satanisme.

Selon l’auteur érudit Canadien David Livingstone, le Sabbatéisme, messianisme hérétique centré autour du Messie autoproclamé Sabbataï Tsevi a été provoqué par la société secrète des  rosicruciens qui menaçaient de mettre à terre la Chrétienté et les Musulmans. Et Selon la spécialiste du renseignement Israélienne Daniella Bartfeld, le frankisme, centré autour de Jacob Frank, autoproclamé comme réincarnation de Sabbataï Tsevi et étrangement antisémite aurait été provoqué par des cercles satanistes au sein de l’Eglise Catholique, probablement Jésuites.

Le plus tragique est l’infiltration des confréries Soufies Ottomanes par les juifs partisans de Tsevi l’imittant dans sa conversion à l’Islam pour sauver sa vie, beaucoup le firent par hypocrisie ou pour provoquer la chute des Ottomans de l’intérieur

Ce documentaire éloquent explicite l’influence toujours pesante des dönmeh en Turquie :

Plus tard, de la matrice Frankiste naquit le sionisme mené par Théodor Herzl au XIXe siècle.  Le Marxisme avec son culte de la violence fut fortement influencé par le Frankisme, Karl Marx en rencontra un dont on ne retrouve pas le nom.

L’homme à abattre allait devenir Abdülhamit II, entouré d’Arméniens qui refusa de céder la Palestine. Observez sa ténacité légendaire face aux satano-sionistes :

« Transmettez au Dr Herzl de ne pas prendre d’autres mesures dans son projet. Je ne peux pas donner une poignée du sol de cette terre car ce n’est pas le mien ; il appartient à la nation islamique qui s’est battue pour le bien de cette terre et l’a arrosée de son sang. Les Juifs peuvent garder leurs millions ; si le califat islamique est un jour détruit, ils pourraient prendre la Palestine sans prix. De mon vivant, je préférerais enfoncer une épée dans mon corps plutôt que de voir la terre de Palestine être enlevée à l’État islamique. Cela n’arrivera jamais. Je ne commencerai pas à couper nos corps pendant que nous sommes vivants » (Le Journal de Théodore Herzl, Vol.I, Page 378-379)

De la commencèrent les manoeuvres de subversion contre le Sultanat Ottoman par l’entremise des franc-maçons dönmeh essentiellement basés a Salonique mais dont la tête etait dans les capitales Européennes.

Ainsi en 1908 le CUP (comité union et progrès) composé essentiellement de dönmeh fort malheureusement issus de la confrèrie des Bektashis pour la plupart détrôna le Sultan-Calife Abdülhalmit II et le triumvirat Enver-Talaat et Cemal prit le pouvoir en 1913. Pris de folie, ils entraînèrent l’Empire Jeune Turc pour ne plus dire Ottoman dans la premier guerre mondiale, une manoeuvre cruciale des satano-sionistes pour éliminer l’un des derniers bastions du monde libre.

La première guerre mondiale était un Armageddon avant l’heure où l’on organisa une guerre génocidaire entre nations, races et confessions. Une conception meurtrière du nationalisme n’a pas arrangé les choses, 100 ans plus tard, nous voyons toujours les dégâts. 23 millions de morts en 4 ans seulement, le covid n’est qu’un rhume des foins par rapport à cela!       

Voulant rivaliser avec la communauté Arménienne disposant de monopoles sur plusieurs secteurs, les satano-sionistes voulèrent accomplir la vengeance ordonnée par Yahvé contre les Amalekites de l’ancient testament identifiés aux  Arméniens, la boucherie fut également atroce envers les Ottomans de toute ethnies de par les exactions commises par les komitatchis Marxistes Arméniens qui étaient selon Christopher Jon Bjerknes dirigés par des crypto-juifs. Les consensus sont autour de 2 millions pour la partie Turque entre 1895 et 1918 et 1.5 millions de pertes pour la partie Arménienne entre 1914 et 1923. Les instigateurs de ce crime immonde contre l’humanité et ses légataires ne doivent pas rester impunis!

Génocide Turc commis par les Marxistes Arméniens

L’expert en Kabbale Gershom Scholem avança qu’Atatürk était dönmeh également, mais comme l’atteste Fabrice Monnier auteur d »Atatürk, naissance de la Turquie moderne » aux éditions CNRS, il  était anti-marxiste et n’aimait pas faire couler le sang inutilement. Fabrice Monnier avance egalement que sa mère était authentiquement Turque et voulait lui donner une éducation musulmane, les juifs et sabbatéens ne se mariant qu’entre eux. S’il fut réellement dönmeh il aura été un parfait exemple de mariage entre Juifs et Turcs Honorables.

Özler Atalay Yükseloğlu – Chercheur indépendant

Ressources :

• Christopher Jon Bjerknes, The Jewish genocide of Armenian Christians

• David Livingstone, Terrorism and the Illuminati

• Fabrice Monnier, Atatürk : Naissance de la Turquie Moderne

•  Exposing Karl Marx

2 commentaires sur « Le rôle du sionisme dans le génocide croisé Turco-Arménien »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :