Les racines pharisio-maçonniques du salafo-wahhabisme

Pouvant être défini comme une synthèse du salafisme et du wahhabisme comme énoncé par l’érudit Jean-Michel Vernochet, le salafo-wahhabisme est au coeur de toutes les menaces sécuritaires du monde.

Tristement, pour plusieurs haut-gradés et meneurs d’opinion Français, cette déviance est considérée comme étant l’unique manifestation de l’Islam et risque de le devenir pour l’opinion publique comme manigancé par l’extrême droite néoconservatrice Américaine et ses lacquais de l’internationale fasciste.

La divulgation à large échelle des racines juives (pharisiennes) et maçonniques de cette horreur est donc cruciale pour le rétablissement d’une entente amicale entre les nations.

En effet, Mustafa Turan, doctorant Turc avait fait en 1989 la divulgation des origines sabbatéennes (musulmane crypto-juive) de Muhammed ibn Abdul Wahhab dans son livre « The Dönme Jews » le faisant descendre de Tjen Shulman, juif de Bassora. Dans le livre « The Wahhabi Movement: The Truth and Roots« ,  Ibrahim Al Shammari nous apprend que le premier roi d’Arabie Saoudite Abdul Aziz Ibn Saoud était descendant de Mordechai ben Ibrahim ben Moishe, marchand juif également de Bassora. Un rapport des services de renseignements Irakiens de 2002 confirment cela.

Un hommage est dû à Muhammed Sakher et plusieurs autres activistes ayant tenté de faire connaître cela au plus grand nombre et y ayant perdu la vie.

Pour ce qui est du salafisme, nous pouvons en faire la généalogie à Jamal ud Din al Afghani, originaire d’Iran et initialement Chiite d’obédience fort potentiellement Ismaélienne mais affichant des origines Afghanes pour mieux présenter ses doctrines au monde Musulman Sunnite.

Photographie d’Al Afghani

Il fut régulièrement chassé de ses lieux de prêche pour « sédition » et « sorcellerie ». Présenté parfois comme figure réformiste musulmane, il fut en réalité Grand Maître de la franc-maçonnerie Égyptienne, chef de la fraternité hermétique de Luxor et « maître ascensionné » d’Helena Blavatsky qui l’a rencontré personnellement.

Il eut une influence profonde sur l’ ordre oriental du temple (OTO) et le sataniste Aleister Crowley dont la déviance est toujours hurlée. Ses idées ont fortement influencé la Nahda (éveil ou lumières Arabes) et la montée des nationalismes dans le monde Musulman, en particulier l’Empire Ottoman.

Son disciple Muhammed Abduh fut à l’origine de l’infiltration du wahhabisme hors de l’état Saoudien en arguant que ce fut le seul qui conserva son indépendance après la première guerre mondiale. Il fut peu probable qu’il ne su pas l’aide Britannique dérriere ce « succès ».

La succession de « l’Afghanisme » fut transmis à Rachid Ridha dont l’un des élèves allait être le père de Hassan Al Banna, fondateur de la secte des « frères musulmans » (ikhwan al muslimum en Arabe).

Photographie d’Hassan Al-Banna

Se voulant moteur de justice, ils voulurent détrôner le roi d’Égypte proche des Britanniques et eurent une influence sur le mouvement des officiers libres Égyptiens où Gamal Abdel Nasser, franc-maçon de la loge « Jeune Égypte », parvint à la tête de l’État.

Des mésententes survinrent néanmoins et la confrèrie fut réprimée. Dans les années 60 elle fut recodifiée par Sayyid Qutb qui afficha ouvertement son appartenance à la franc-maçonnerie. De cette matrice naquit le « théologien » Al Albani qui eut une influence considérable sur le salafisme.

Photographie de Sayyid Qutb

Choisissant le camp Atlantique contre le camp Soviétique ouvertement Athée, la confrerie des frères guidée par Saïd Ramadan, gendre d’Hassan Al Banna et père de Tariq Ramadan, s’allia avec la CIA.

Décrit comme hypocrites affichant une religiosité de surface à la manière des pharisiens (secte juive) par Robert Dreyfuss, jounaliste d’investigation Américain , de nombreux exemples sont cités dans son ouvrage « Hostage to Khomeiny »  où il divulgue l’hypocrisie des frères musulmans Iraniens dont est issue la Révolution Khoméiniste.

La plus grande tragédie fut l’association des frères avec plusieurs régimes du monde Musulman et l’exportation du wahhabisme saoudien sous les ordres de l’OTAN.

Actuellement, les communautés musulmanes vivant dans les états OTANiens (pour ne plus dire Occidentaux) sont pris en otage par cette secte vouant un culte à la soumission pour servir les intérêts de la stratégie de la tension propre à l’OTAN et ainsi justifier des mesures liberticides avec attentats sous faux drapeau.

« Les armées secrètes de l’OTAN » de Daniele Ganser sur les techniques de l’OTAN.

L’actuelle guerre en Ukraine pourrait n’être qu’une distraction des états profonds pour nous distraire des covidistes et salafistes.

Özler ATALAY YÜKSELOĞLU – Journaliste indépendant victime de violences salafistes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :